Le SLAM : Suivi Local d’Agrément de la Mesure

De nouveaux critères d’adhésions pour les prestataires de la Mesure

prestataires-carteLors de notre dernière assemblée plénière nous avons décidé de réviser nos conventions afin de développer notre réseau de façon plus dynamique tout en renforçant sa cohérence en se référant à des critères explicites.

Cette clarté permettra aussi de répondre tant à des prestataires qu’à des utilisatrices et utilisateurs du choix et de la présence de certains prestataires dans notre réseau

Cette démarche concerne autant le renouvellement des conventions actuelles que la recherche de nouveaux prestataires.

Elle s’inscrit dans notre volonté initiale de construire un réseau ouvert et diversifié tout en privilégiant sa « qualité » (par l’adhésion à « l’âme de la Mesure ») à sa « quantité ».

A partir de l’examen de différents modes d’adhésion et de critères utilisés par d’autres monnaies locales, nous commencerons leur élaboration ce dimanche lors de notre « faîtes la fonte ».

Nous avons retenu les démarches venant de 4 projets de MLC en France pour valider des critères  d’agrément :

  1. La Mesure avec notre convention avec les prestataires : Au fur et à Mesure , http://monnaie-locale-romans.org/charte-mesure/
  2. Le Sol Violette et les 25 critères retenus sachant qu’un prestataire doit répondre à au moins 8 critères pour être accepté un an, 16 pour deux ans…
  3. L’Abeille qui procède d’un principe  bien différent en définissant les incompatibilités avec les valeurs portées par la monnaie : voir point 3/ dans http://monnaie-locale-complementaire.net/atelier-1/
  4. L’Eusko : http://monnaie-locale-complementaire.net/tag/eusko/ Ce projet de MLC travaille sur des défis choisis par les prestataires. Euskal Moneta demande à ses prestataires de relever 2 défis lors de leur premier agrément, qui durera 2 ans. Par exemple, le premier défi concerne la relocalisation de l’économie. Le prestataire devra intégrer au moins trois produits locaux dans son activité. Si son activité ne le lui permet pas, il devra mettre en place un tri sélectif des déchets dans son entreprise.Le second défi concerne la promotion de l’usage public de la langue basque.

Un groupe travaillera sur cet objet le jour de la fête de la fonte le 30 septembre et présentera des propositions à la prochaine plénière du 10 Octobre.

Nous travaillerons à partir des éléments suivants :

  • Définir clairement quelques « incompatibilités » dans l’esprit de Villeneuve sur Lot comme cadrage du choix des prestataires.
  • Proposer la notion de « défi » aux prestataires ; faire un « catalogue » des défis proposés.
  • Tenir compte des 4 thèmes définis dans la convention actuelle de la Mesure avec les prestataires pour « encadrer » les défis possibles.
  • Prévoir la possibilité d’assouplir ces règles d’agrément par une décision au 2/3 des voix d’une instance permanente d’agrément du SLAM.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *