Suspension de la fonte

A partir de ce mois de mars,

les billets de Mesure en circulation ne nécessitent plus d’être validés par un timbre.

Ils sont considérés comme valides jusqu’au 31 mars 2014.

Au fur et à mesure ils  seront remplacés par des billets validés par commune-Mesure jusqu’en mars 2014 par un tampon spécifique.

Il s’agit pour le moment d’une  « suspension » de la fonte jusqu’en mars 2014 afin de se donner le temps d’en redéfinir ensemble le sens et de trouver des modalités pratiques d’application adaptées.

Si nous restons en effet attachés à la valeur symbolique de la fonte, comme « marqueur » d’une monnaie différenciée de l’euro tant dans ses objectifs que dans ses modes de fonctionnement (au-delà de sa seule spécificité par nature), nous convenons également (non sans heurts!), instruits de notre expérience,  que sa mise en œuvre nécessite une réflexion plus approfondie quant à la définition de son sens et des modalités pratiques de son application.

Une prochaine assemblée plénière  portera sur cette question. La fonte, quelles qu’en soit les modalités, nous repose aussi la question du sens de notre projet.

Les multiples interprétations contradictoires auxquelles elle donne lieu (des plus positives aux plus négatives) et  les débats plus ou moins enflammés quelle suscite constituent une richesse pour notre projet de monnaie locale.

Cependant, la confusion, les réserves à priori et les complications pratiques qu’elle engendre sont aujourd’hui un handicap sérieux qu’il nous est difficile d’assumer pleinement, tant sur le fond que sur la forme, compte tenu en particulier de l’énergie limitée dont dispose notre jeune et fragile association au regard des forces que nécessitent un tel projet novateur.

Cette décision de suspendre la fonte, prise lors de notre dernière assemblée générale, n’a pas fait consensus.

Paradoxalement, elle peut s’interpréter comme entrouvrant la porte à sa suppression ou, au contraire, comme l’affirmation de notre attachement à cette drôle d’idée (sinon autant la supprimer tout de suite) mais en se donnant le temps d’en mieux définir fondements, contours et modalités…

Dans tous les cas prendre ce temps nous parait nécessaire aussi pour concentrer d’avantage notre énergie sur tous les autres aspects de la mesure, depuis son essaimage local jusqu’à la réalisation concrète des multiples projets dont elle est porteuse.

Débats à suivre donc… avec mesure!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *