Un projet apicole : présentation et demande de financement à commune-Mesure

abeilleLe projet apicole pour lequel nous vous sollicitons correspond à un projet plus global aujourd’hui appelé Batotopie

Présentation de Batotopie

L’équipée de Batotopie se compose pour l’instant de six personnes. Nous nous sommes rencontrés grâce au compagnonnage du réseau REPAS (Réseau d’Echanges et de Pratiques Alternatives et Solidaires). De février à juin 2011, parmi un groupe de 18 compagnons, nous avons réalisé un mini tour de France des structures du réseau. Ces SCOP, SAPO, GAEC, associations… ont concrètement mis en oeuvre des pratiques économiques qui ont d’autres objectifs que le profit ou la course à la consommation et qui inscrivent leur sens dans le concret de pratiques libres et solidaires.
Aux périodes d’immersion dans les structures, ont succédé des périodes collectives.
Par groupe de 5, 6 ou 7, nous avons vécu ensemble et mené des projets en autogestion, en appliquant les valeurs de la coopération, du vivre ensemble harmonieux, de l’initiative collective…
Suite à cette formation, nous désirons joindre nos énergies et mettre en pratique nos idéaux. Nous voulons proposer plutôt qu’imposer, et s’il est nécessaire de construire une
vision critique du monde et de son fonctionnement actuel, nous souhaitons favoriser l’échange et la discussion pour élaborer une réflexion au delà des clichés. Aujourd’hui concrètement l’association s’est donnée trois axes :
– Créer un lieu de production et de transformation agricoles en s’appuyant sur les principes de l’agriculture paysanne
– Travailler ensemble au sein d’une organisation horizontale qui prenne en compte les aspirations de chacun
– Créer des moments de rencontres autour de partages de pratiques et de savoirs émancipateurs et d’événements festifs et artistiques
Sur un plan pratique nous nous formons dans les métiers que nous développons, nous organisons des moments culturels qui nous permettent de développer une expérience et de nous faire connaître, et nous cherchons le lieu qui portera ce projet.

Le projet apicoletableau abeille

Nous développons trois types d’activités agricoles répondant à ce qu’’on appelle l’agriculture paysanne. Nous pensons que l’agriculture doit se développer selon certains principes. Vendre localement, permettre au paysan de vivre de son travail, que la structure soit à taille humaine, que les techniques soient « écologiques », respectueuses de l’environnement et participent au maintien de la biodiversité, qu’elle conserve un tissu social, qu’elle puisse être autonome et finalement que les réflexions reposent sur une vision globale.
Parmi les activités agricoles qui financeront dans un premier temps le lieu et assureront nos revenus, je suis le référent apiculture. L’atelier pour lequel je vous sollicite.
Il s’agit d’un projet en installation progressive. L’idée est d’arrivée en 5 ans à un revenu et une reconnaissance professionnelle, de développer à la fois une apiculture de production et d’expérimentation.
En effet nous avons à la fois le besoin de participer au défi de la production alimentaire ainsi qu’au défi de la production écologique.
L’objectif est de développer un cheptel de 200 ruches (minimum obligatoire pour une activité agricole professionnelle) d’abeille locale (l’abeille noire) et de proposer un large choix de produit de la ruche.
Pour les détails techniques et économiques il faut se référer au document « Un projet d’installation progressive apicole ».

Nous cherchons donc avant le printemps 2014 des financements qui seraient alternatifs au système bancaire et aux aides européennes.
C’est donc sur le financement partiel ou total du « prêt 1 » ou « prêt trésorerie » visible dans l’étude économique en annexe 2-4 que nous vous sollicitons : Un prêt de 4000€ remboursé en 4 ans.
Nous n’avons aujo

Un projet d’installation progressive

 Il s’agit d’une installation progressive pour atteindre 200 ruches, produire 4,3T de miel (acacia, châtaignier, lavande, sapin, printemps) et le vendre localement.

Parcours technique

Pendant les premières années l’activité servira à développer le cheptel. Les deux premiers ruchers (bleu) ont pour origine les ruches que nous avons aujourd’hui, le troisième rucher (vert) est développé grâce à un partenariat avec les consommateurs. Ces derniers parrainent une ruche c’est àdire qu’ils achètent d’avance le miel et seront donc livré annuellement en miel.

Les investissements

Nous avons une répartition des investissements sur 5 ans pour échelonner les besoins économiques.

Ils arrivent dans le temps en fonction de leur importance d’utilisation. Par exemple en année 2 arrive le matériel pour une miellerie car il est toujours possible pour la première année de se faire mettre à disposition une miellerie. Quand les quantités à extraire sont plus importantes, il devient compliqué de se la faire prêter pour le temps nécessaire.

En année 3 arrive un matériel de transhumance plus important car le nombre de ruches en production atteint lui aussi  un certain palier.

 

Annexes (non jointes au présent document)

La troisième année il faut distinguer deux types de rucher. Un rucher géré de façon classique, transhumante et en agriculture biologique alors que le second est géré de façon sédentaire avec la recherche de techniques pour minimiser le  « nourrissement » et les traitements. Nous les appellerons respectivement rucher transhumant et rucher sédentaire. En ce qui concerne les premiers il y a alors deux ruchers en production et un en développement de cheptel (division).

Le raisonnement est le même pour l’année 4 et 5 avec une augmentation accrue de la production.

Calcule de la marge brute de l’activité : On voit sur ce document la progression des charges et produits sur les 5 ans. Ils donnent une représentation en chiffre de ce que sera l’activité.

Pour pouvoir réaliser ce projet il faut d’une part une évolution de la trésorerie comme représentée dans le tableau de l’Annexe 2-3. Ce qui apparaît en capital investi en Année 1 est ce que nous apportons à la création de l’entreprise avec ce qui n’est pas apparent dans la trésorerie l’apport en nature de 20 ruches.

Dans l’Annexe 2-4 il y a les moyens de financements complémentaires pour mettre en place l’activité.

4 Commentaires - Laissez un commentaire
  • NDJONGO Pascal Vincent de Paul -

    Nous sommes persuadés de la perrénisation de votre projet mais nous ne savons où trouver le financement d’un projet sur l’apiculture dans notre région au Cameroun. Nous sensibilisons les cueilleurs traditionnels de miel à l’aide de feu et ce qui detruit les colonies d’abeilles à Batouri. Nous avons fabriquer 10 ruches kenyannes que nous avions données à 5 apiculteurs que nous formons. Aidez nous à developper l’apiculture que nous aimmons.
    Nous dejà monté un projet avec les premiers apiculteurs.
    Merci d’apporter un interêt particulier à notre préoccupation
    Tel: +23775558354 / +23795467107

  • Bobo Jean Fontaine -

    Qu’en est-il de l’abeille et de l’apiculture en Afrique? Les recherches dans ce domaine sont tellement rares qu’il urge qu’on crée des groupes de travail sur le thème aussi.
    Les parasites et les maladies des abeilles constituent le second sujet auquel je pense qu’on doit se consacrer pour avoir une vue globale sur l’abeille dans le monde, or il se fait que très rares sont les études menées a ce sujet.
    Tout ceci dit, je pense qu’il faut nécessairement qu’on crée des groupes de travail pour s’en occuper.
    Je pourrai faire partie de ce groupe de travail puisque mes recherches sont axées sur ces thèmes et elles s’effectuent en RDC.
    Je travaille sur la création d’un réseau africain sur l’abeille, l’apidologie et l’apiculture.
    Merci d’y réfléchir.
    Jean Fontaine Bobo
    Assistant technique en apiculture
    Apicongo asbl
    Membre de l’apiflordev et de l’apimondia
    Kinshasa, RDC
    Tél.+243(0)812106735

  • BAUS Alexandre -

    Bonjour,

    Je trouve votre extrait de dossier de grande qualité.
    Je suis moi-même dans une démarche similaire seulement je ne trouve que peu de main tendu pour me conseiller à élaborer un dossier complet et précis.
    Je souhaite pas du tout que l’on me mâche le travail, simplement trouver des modéles ou guide de conduite de projet. En ce sens, pourrions nous échanger? Pourriez vous éventuellement me faire part du plan de votre projet, du sommaire ou de la trame?

    Je vous remercie par avance et espère vivement que vos projets ont abouti!

    Cordialement Alexandre

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *