→ Pourquoi faire en Mesure ce que je peux déjà faire en €uro ?

C’est la principale objection qui est adressée aux MLC en général. Et c’est faute d’y répondre en toute clarté que beaucoup de projets de MLC patinent et tentent alors de sauver leur monnaie en abandonnant toute différence avec l’€uro (en ressemblant à une carte de fidélité, en facilitant l’acte d’achat par des moyens électroniques de paiement).

Mais plus une MLC ressemblera à l’Euro et moins il y aura de raisons d’acheter en MLC plutôt qu’en €uro.

Voici pourtant ce qu’il est possible de répondre clairement :

→ Au moment même de l’achat, il n’y a effectivement pas de différence. Payer par des billets en € ou par des coupons en MLC, c’est la même chose. L’avantage, c’est la facilité d’utilisation d’une MLC. L’inconvénient c’est de ne pas distinguer entre € et MLC.

Voyons les choses autrement : quel est l’intérêt de « manger bio » ou de « consommer local » ? Le goût de l’aliment suffit-il toujours pour faire la différence ? Non. Et on doit pouvoir dire que la mastication d’un aliment bio ne doit pas avoir beaucoup de différences avec celle d’un aliment non-bio.

Mais pour le « bio » ou le « local », tout le monde sera capable de répondre que 1/ la culture d’un aliment « bio » n’est pas la même (argument « en amont ») 2/ la qualité en termes de santé est indiscutable (argument « en aval »). D’où vient l’aliment et où va-t-il ?

Et bien , pourquoi n’en serait-il pas de même pour une MLC ? Les différences avec l’Euro ne se situent pas dans l’acte même d’achat mais avant et après, en amont et en aval :

  1. 1ère différence (en aval) : l’utilisateur des €, sait-il ce que deviennent ses billets ensuite ? Non : ils peuvent voyager, servir à n’importe quelle transaction, n’importe quelle spéculation. Alors qu’avec des MLC, les coupons restent dans le circuit local.
  2. 2ème différence (en amont) : et sait-on d’où viennent les € ? Alors qu’avec des MLC, l’utilisateur 1/ connaît cette provenance et 2/ rien n’interdit qu’il destine les € déposés à l’association à un usage de finances solidaires

Posted in: Les premières objections